A la recherche de la subjectivité : sur les traces de Janusz Korczak

du 3 novembre au 2 décembre 2016
Ateliers, rencontres

A la recherche de la subjectivité : sur les traces de Janusz Korczak

En quête d’applications contemporaines de l’héritage de Janusz Korczak.

Ateliers animés par la Fondation Korczakowska.

Novembre (première partie)

Décembre (seconde partie)

Participation gratuite, enregistrement indispensable, nombre de places limité.

Pour accéder au formulaire d’enregistrement publié sur le site d'organisateur : http://korczakowska.pl/en/contact/

Les ateliers s’interrogent sur la possibilité de mettre en pratique les conclusions qui découlent de l’héritage spirituel de Janusz Korczak. Le point de départ de la discussion sur l’importance de la pensée de Korczak dans le monde contemporain est pour nous le terme de "subjectivité". Le mot n’apparaît pas chez Korczak mais nous sommes convaincus qu’il décrit le mieux l’essentiel de ses idées et des solutions pratiques qu’il proposait.

Nos ateliers s’adressent avant tout à ceux qui travaillent avec les enfants et les adultes, victimes d’exclusion. Mais aussi à tous ceux qui s’intéressent à la thématique korczakienne. Les ateliers se dérouleront en deux temps. Ils comprennent une première séance composée de deux conférences (au cours de la première journée, 2 heures environ) et un atelier proprement dit (pendant la seconde journée, 7 heures environ).

Les rencontres seront inagurées par deux conférences. La première, intitulée « Janusz Korczak dans l’ancienne et la nouvelle Europe », prononcée par Wojciech Lasota, sera consacrée à une brève présentation de la biographie de Janusz Korczak, de ses idées, de ses réalisations pratiques ainsi qu’à l’interprétation de son héritage par la Fondation Korczakowska. La seconde, celle de Bartosz Pieliński, porte le titre « Les valeurs korczakiennes et les travaux d’Amarty Sen » et se propose d’étudier les réalisations de Korczak à la lumière des sciences sociales contemporaines, en particulier du point de vue du lauréat du prix Nobel d’économie, Amarty Sen. Le lendemain, nous animerons un atelier qui se propose d’explorer les applications pratiques issues de l’héritage intellectuel de Janusz Korczak.

Janusz Korczak avait trouvé le moyen d’aider efficacement les êtres les plus exclus de son temps : orphelins juifs et polonais. Au cours de nos ateliers, les participants prendront connaissance des éléments majeurs de l’approche korczakienne et auront l’occasion d’en faire une expérience personnelle. Le point de départ des activités proposées est la subjectivité, la clé de notre interprétation de l’oeuvre de Korczak.

Nous débuterons par des activités qui permettront à chaque participant de connaître son sens individuel de la subjectivité. Nous explorerons ensuite cette subjectivité individuelle dans nos relations avec d’autres personnes. Nous terminerons par des exercices dont le but sera d’adopter la perspective des personnes avec qui nous travaillons (par exemple des enfants ou des personnes exclues) et de nous interroger sur le sens de la subjectivité qui est le leur.

La seconde partie de nos rencontres aura lieu en décembre. Elle se concentrera sur la possibilité de créer et de développer des institutions fondées sur la subjectivité. La première conférence permettra de voir comment Korczak se servait du principe de subjectivité pour mettre en place ses institutions, par exemple la Maison des Orphelins. La seconde, présentant Korczak en tant que concepteur de projets institutionnels, adoptera la perspecrive de la lauréate du prix Nobel d’économie, Elinor Ostrom. L’atelier du lendemain proposera des activités qui mettent à profit les idées de Korczak pour explorer la possibilité de mettre en place et de modifier des institutions contemporaines. Notre objectif est de permettre aux participants de se servir des activités que nous leur proposerons dans leur travail professionnel quotidien.

menu