Sienkiewicz et Abakanowicz

mardi, 31 janvier 2017 à 18h
colloque ANNULÉ

SIENKIEWICZ et ABAKANOWICZ : Génie de l'électricité à Paris de 1900

Conférence Piotr Witt, mardi 31 janvier 2017

PLIK=306

L'histoire bien parisienne de l'amitié des deux hommes: d'un grand inventeur et électrificateur des tramways parisiens et lyonnais et d'un grand écrivain.

L'ingénieur Bruno Abakanowicz (1852-1900) mentionné par Steeve Jobs comme un des pionniers de l'informatique est venu à Paris en 1881 précédé de sa légende d'inventeur de l'intégraphe.

Son invention brevetée en 1880 permettait entre autre de révolutionner la construction de moteurs électriques.

Il fonda à Saint-Maur une usine destinée à l'électrification des tramways a Paris et a Lyon. Sa carrière était rapide. Il devint directeur de la "Compagnie française du procédé Thompson-Houston", ultérieurement Thales. En 1889 au nom du gouvernement français il négocia la participation des Etats Unies à l'Exposition Universelle. La liste de ses inventions est longue

N.B. Abakanowicz est mort à Saint-Maur dans les bras de Sienkiewicz en lui confiant l'éducation de sa fille.

Son grand ami, l'écrivain Henryk Sienkiewicz avait écrit entièrement son roman "Quo Vadis" dans le château d'Abakanowicz en Bretagne en cédant les droit de

traduction aux frères Natanson. Ceux-ci étaient venus aussi de Varsovie, ils furent les fondateurs de "La Revue Blanche". 'QUO VADIS" a été traduit en 40 langues et édité en millions d’ exemplaires. En France, il devint un livre culte, meilleure vente en 1900 et excellente les années suivantes.

Dans "La Revue Blanche" ont débuté : André Gide, Marcel Proust, Mallarmé, Apollinaire et d autres. La femme de Thaddée Natanson - la célèbre Misia (plus tard Sert) fut portraiturée 5 fois par Renoir, par Bonnard, par Villard. Ravel lui dédia des œuvres et Mallarmé des poèmes. C'est elle qui figure sur la célèbre affiche de "La Revue Blanche" dessinée par Toulouse-Lautrec.

Ces quelques choses sont dignes d'être rappelées à Paris l'année consacrée à Sienkiewicz (Prix Nobel 1905), mort le 15 novembre 1916 à Vevey (Suisse), et à Abakanowicz presque inconnu en France, mais qui fait l'objet d'une littérature abondante en Angleterre et aux Etats-Unis

menu