Frédéric Chopin
La Note bleue

du 2 mars au 11 juillet 2010
Exposition du bicentenaire
Musée de la Vie romantique

Dans le cadre de la célébration du bicentenaire de la naissance du compositeur, le Musée de la Vie romantique présente un important hommage à Frédéric Chopin (1810-1849). Conçu spécifiquement pour la maison de la rue Chaptal où Chopin se rendait en voisin et ami, cet hommage sera une évocation de ses années parisiennes (1831-1849).

Il s’agira de créer une atmosphère qui soit la transcription plastique du climat à la fois historique, esthétique et poétique où s’est épanoui le génie musical de Chopin. Entre littérature, peinture et musique, l’exposition se propose de faire jouer une gamme de correspondances, d’entrer en résonance avec une couleur – celle de la note bleue que Delacroix et George Sand entendent chez Chopin. De l’espace musical à l’espace pictural, cette note bleue jouera comme la réverbération d’une intériorité, d’un champ de force (comme on dit d’un champ de force magnétique) où résonne toute la puissance poétique de l’exil, de la patrie à la fois perdue et retrouvée. En somme interpréter pour mieux incarner…

L’exposition regroupe quelque quatre-vingt dix peintures, sculptures et dessins de Chassériau, Clésinger, Corot, Courbet, Delacroix, Scheffer… prêtés par les principaux musées français : Louvre, bibliothèque-musée de l’Opéra - BNF, Carnavalet, Petit Palais, ainsi que Nantes, Rouen, Arras, Montauban et le prestigieux Metropolitan Museum of Art, New York et de nombreuses collections privées. Une eau-forte d’Erik Desmazières (né en 1948) : Le Square d’Orléans, 2005 – témoigne enfin de la permanence du mythe autour du compositeur à l’époque contemporaine.

« Chopin est au piano et il ne s’aperçoit pas qu’on l’écoute. Il improvise comme au hasard. Il s’arrête.

- Eh bien, eh bien s’écrie Delacroix, ce n’est pas fini !

- Ce n’est pas commencé. Rien ne me vient… rien que des reflets, des ombres, des reliefs qui ne veulent pas se fixer. Je cherche la couleur, je ne trouve même pas le dessin.

- Vous ne trouverez pas l’un sans l’autre, reprend Delacroix, et vous allez les trouver tous les deux

- Mais si je ne trouve que le clair de lune ? Vous aurez trouvé le reflet d’un reflet.

L’idée plait au divin artiste. Il reprend, sans avoir l’air de recommencer, tant son dessin est vague et comme incertain. Nos yeux se remplissent de teintes douces qui correspondent aux suaves modulations saisies par le sens auditif. Et puis la note bleue résonne et nous voilà dans l’azur de la nuit transparente..»

George Sand : J’ai passé la moitié de la journée avec Delacroix in Impressions et souvenirs

Commissaires invités : Solange Thierry, Jérôme Godeau

Musée de la Vie romantique

Hôtel Scheffer-Renan
16 rue Chaptal - 75009 Paris
http://vie-romantique.paris.fr

Ouvert tous les jours, de 10h à 18h, sauf les lundis et jours fériés.

menu