Le Passé au présent.Gisements mémoriels et actions historicisantes en Europe centrale et orientale

du 12 janvier au 26 janvier 2011

La partie post-soviétique du continent européen est marquée par les traces d’anciens conflits interétatiques et ethniques. La réactivation de ces gisements mémoriels est toujours possible. Divers acteurs incorporent ainsi dans leurs répertoires d’action des stratégies historicisantes afin de «recycler» les représentations des passés « douloureux » dans les jeux politiques actuels. De nouveaux sites de mémoire (par exemple Tchernobyl), de nouveaux acteurs (par exemple « agents »,«collaborateurs», « témoins auxiliaires »), de nouvelles institutions (Instituts de la mémoire nationale), des débats mis à jour pour qualifier les crimes du passé (génocide) intéressent les sciences sociales.

L’originalité de cet ouvrage, qui poursuit la réflexion entamée dans L’Europe et ses passés douloureux (G. Mink, L. Neumayer, dirs., La Découverte, 2007), est de présenter à travers 17 études comment la fin du communisme a été à l’origine d’une déstabilisation des points de repère mémoriels et, à bien des égards, des identités collectives en Europe post-communiste. Ses auteurs donnent à voir comment s’opère le repli sur une histoire nationale héroïque marquée par des accents nationalistes exaspérés. Ils examinent aussi les effets de l’européanisation sur l’espace mémoriel post-soviétique. Les dates des élargissements à l’Europe centrale et orientale (2004 et 2007) sont des césures qui creusent le fossé mémoriel entre l’Ouest et l’Est. Les deux moitiés de l’Europe n’ont pas le même référentiel, elles s’inscrivent dans des temporalités désaccordées. Pour l’heure, c’est la « désunion mémorielle » qui constitue un défi à la construction européenne : elle met en cause l’excès de confiance en la vertu du volontarisme politique.

Cet ouvrage présente l’intérêt d’enrichir le champ d’études de la sociologie et de la science politique de la mémoire. Il donne aussi à comprendre, sous la plume de spécialistes reconnus de l’aire géopolitique post-soviétique, les différents phénomènes d’historicisation à l’œuvre en Europe centrale et orientale.

menu