La galerie Asymetria au Grand Palais

du 10 novembre au 13 novembre 2011
dans le cadre de Paris Photo 2011
Grand Palais

La galerie Asymetria a le plaisir d’annoncer sa participation à Paris Photo 2011. Sous la forme d’une exposition intitulée Ecriture photographique : hallucinations, obsessions et autres fantaisies, l’accrochage proposé pour cet événement regroupe les œuvres de six grands photographes polonais réalisées entre le dégel politique de la fin des années 1950 et la période de la faillite du modèle socialiste des années 1980.

Malgré les divers contextes politiques et artistiques au sein desquels ces œuvres ont vu le jour et au-delà de la variété de leurs formes – photogrammes, photomontages, mises en scène photographiques, ou photographies documentaires -, celles-ci partagent néanmoins une mise en question sans cesse renouvelée de la représentation. Ces exemples d’Ecriture photographique, issus de l’introspection, ou de l’analyse réflexive du processus créatif, pouvaient être perçus par les communistes comme autant d’hallucinations, obsessions, et autres fantaisies, elles n’en participaient pas moins d’une volonté de subvertir l’ordre établi.

Ainsi le photoreporter Marek Piasecki (1935) déploya à partir de 1957 un arsenal de techniques expérimentales, intitulées Héliographies, générant des formes étranges issues tant du hasard que d’une liberté totale du geste.

Le photographe, peintre et théoricien, Zbigniew Dłubak (1927-2005) s’intéressa, dans les années 1970, au fonctionnement différencié du signe dans le domaine de la langue et celui de l’art. Dans le cycle Désymbolisation, il photographia les mains présentes sur les stèles juives, montrant ainsi l’effacement des significations d’un certain système de signes en vigueur au sein d’une culture donnée.

Au lendemain de la période stalinienne, Jerzy Lewczyński (1924) s’attela à déconstruire les mécanismes de l’iconographie réaliste socialiste. Avec le cycle Photo théâtre (1957), il mit en scène des objets formant des collisions de sens absurde où le spectateur devenait un interprète actif des images. En 1970, il effectua une série d’autoportraits frontaux aux cadrages serrés en prenant des expressions grimaçantes dans la tradition des portraits de Witkiewicz.

« Comment rendre à la fois compte du passé et du présent d’un homme ? » semble s’être interrogé le photoreporter Wojciech Plewiński (1928) en réalisant en 1970 sous forme de photomontages un triptyque consacré à Józef Szajna, un metteur en scène et peintre, rescapé des camps.

Avec l’Enregistrement sociologique, débuté en 1978, Zofia Rydet (1911-1997) photographia pendant quinze ans le monde rural polonais profond. Grâce au halo de son flash, elle fit surgir des profondeurs de l’oubli ces paysans, dépositaires d’un passé que les communistes cherchèrent à faire disparaître et passeurs d’une ferveur spirituelle qui devint avec l’élection du pape Jean-Paul II une arme politique.

La série Alice au pays des merveilles (1978-1979) du photoreporter Tomek Sikora (1948), colorisée à l’aérographe par le graphiste Marcin Mroszczak, fait office de réappropriation de la réalité par le rêve ; elle annonce ainsi les changements politiques des années 1980.

Grand Palais

Avenue Winston Churchill
75008 Paris

menu