Bienvenue à la version béta du nouveau site web de l’Institut Polonais. Ce site est encore en construction et nous sommes désolés pour tous les inconvénients encourus lors de son utilisation. Vous pouvez toujours consulter l’ancienne version du site en cliquant sur ce communiqué.
application-beta-checkbox-info

Une ville à coeur ouvert

littérature
du 10 janvier 2018
au 19 mars 2018

Traduit par Caroline Raszka-Dewez

Langue d'origine : Polonais

Les romans à vocation historique ont souvent un côté fabriqué, dans leurs allers et retours entre petite et grande histoire. Le premier opus de Zanna Sloniowska échappe à ce travers : "Une ville à coeur ouvert" fusionne parfaitement l'universel et l'intime en croisant l'histoire tumultueuse et métissée de la ville de Lviv et celle de quatre générations de femmes. De la dernière-née, la jeune narratrice désemparée, à la redoutable arrière-grand-mère, Mémé Stasia, en passant par la grand-mère Alba, peintre contrariée, et par la mère, Marianna, célèbre cantatrice, leur vie et leur destin s'emboîtent à la manière de "poupées russes". Héroïques, amoureuses ou tragiques, elles sont modelées, portées par l'histoire de leur explosive maison de "poupées" - leur ville ballottée à travers les siècles entre Pologne, Autriche, Russie, et finalement Ukraine.

"Une ville à coeur ouvert" offre aussi une intrigante variation ternaire sur les rapports entre politique, art et amour. Car le chant, la musique, la peinture nourrissent les rêves passés et à venir des quatre poupées de Lviv. Marianna, la cantatrice, a toujours préféré son art à l'amour, puis a tout sacrifié à la politique. A sa mort, on découvre que la babouchka aux allures de sorcière, Mémé Stasia, qui voulait détourner ses filles et petites filles de l'art, était elle-même une chanteuse talentueuse et que l'amour l'avait guidée plus souvent qu'à son tour.

Source : https://www.lesechos.fr/week-end/culture/livres/0301109124395-une-ville-a-coeur-ouvert-passions-dukraine-2143022.php#