Bienvenue à la version béta du nouveau site web de l’Institut Polonais. Ce site est encore en construction et nous sommes désolés pour tous les inconvénients encourus lors de son utilisation. Vous pouvez toujours consulter l’ancienne version du site en cliquant sur ce communiqué.
application-beta-checkbox-info

Krivoklat

littérature

Krivoklat, citoyen autrichien, est à nouveau interné en institution psychiatrique. À chaque fois qu’il en sort, il réitère son geste fou : asperger ou tenter d’asperger d’acide sulfurique un chef-d’œuvre de l’art occidental. Son idée fixe est de celles qui vous donnent du talent. Son tourment, sa colère noire, sa passion déchirante, il nous les expose dans un monologue torrentiel, atrabilaire, drôle à pleurer – que l’auteur a conçu comme un hommage amusé au grand Thomas Bernhard (1931-1989).

Bien entendu, le crime est passionnel : c’est par amour que Krivoklat vandalise, persuadé que seule la perte, la catastrophe, pourra réinvestir l’icône de son caractère unique, irremplaçable. Et si Krivoklat déverse des flots de haine sur la société occidentale, hypocrite et vénale, il nous fait également partager sa connaissance intime du geste créateur. À travers l’évocation de son amour défunt, à travers aussi son amitié pour un artiste de génie, Zeyetmayer, interné comme lui, Krivoklat nous fait toucher du doigt ce qui, dans le chef-d’œuvre, nous révèle à notre humanité.

/ Source : http://www.leseditionsnoirsurblanc.fr

Edition : Noir sur Blanc
Traduit du polonais par : Marie Furman-Bouvard
Date de parution : février 2018