Bienvenue à la version béta du nouveau site web de l’Institut Polonais. Ce site est encore en construction et nous sommes désolés pour tous les inconvénients encourus lors de son utilisation. Vous pouvez toujours consulter l’ancienne version du site en cliquant sur ce communiqué.

PORTRAITS DE COMPOSITEURS POLONAIS

musique
du 12 mars 2020
au 30 juin 2020

 

PORTRAITS DE COMPOSITEURS POLONAIS

 

 

STANISŁAW MONIUSZKO (1819-1872)

Stanisław Moniuszko (né le 5 mai 1819 et mort le 4 juin 1872) est un compositeur, chef d’orchestre, pianiste, organiste, directeur de théâtre et pédagogue polonais, considéré en Pologne comme le père de "l’opéra national polonais".

Auteur de plus de 268 chants, de nombreux opéras (les plus célèbres sont Halka, Le Manoir hanté et Paria), opérettes, ballets et musique sacrée. Ses œuvres avaient une empreinte nationale. Il introduisait dans ses compositions des éléments expressifs du folklore polonais (mélodies et danses folkloriques). Il utilisait aussi des œuvres de poètes polonais (comme Jan Kochanowski, Adam Mickiewicz). Il fut l’un des compositeurs les plus remarquables du romantisme polonais.

On lui doit surtout des partitions destinées à la voix : une douzaine d’opéras et autant d’opérettes sans compter d’autres pages destinées à la scène, de la musique vocale sacrée et profane ainsi que 360 mélodies. Dans le domaine instrumental, on ne compte guère que trois ouvertures et une « polonaise de concert » pour orchestre, quelques pièces pour piano ainsi que deux quatuors à cordes, datant respectivement de 1839 et 1840. Moniuszko s’est donc surtout taillé sa réputation grâce à ses opéras, remplissant en Pologne un rôle comparable à celui des Smetana, Glinka, le Groupe des Cinq, Weber, Rossini et Auber dans leurs pays. Ses œuvres lyriques, qui se distinguent par une grande richesse mélodique dont l'inspiration trouve sa source dans les chansons populaires polonaises, biélorusses et même lituaniennes, constituent une habile combinaison entre l'influence du premier romantisme allemand, de l'opéra italien et du théâtre polonais.

Ses nombreuses mélodies, forme musicale alors en vogue en Pologne dont la situation économico-politique ne permettait que difficilement le développement des orchestres, ont également connu un beau succès.

En tant que pédagogue, Moniuszko rédigea un Traité d'harmonie, édité à Varsovie en 1871.

Le grand auditorium du Teatr Wielki – Opera Narodowa de Varsovie porte son nom. 

Plus d’informations : https://fr.wikipedia.org/wiki/Stanisław_Moniuszko

 

HENRYK WIENIAWSKI (1835-1880)

Henryk Wieniawski, né le 10 juillet 1835 et mort le 31 mars 1880, est un violoniste et compositeur polonais, l’un des plus remarquables de l’histoire.

Il commence une carrière d'enfant prodige après avoir reçu les bases de sa formation à Lublin, sa ville natale, où il est l'élève de Jan Hornziel et S. Serwaczynski. À huit ans, il est admis au Conservatoire de Paris dans la classe de Clavel, puis dans celle de Lambert Massart et devient le plus jeune lauréat de cet établissement avec un premier prix de violon remporté à onze ans (1846). Il commence une carrière de concertiste, jouant notamment avec son frère Josef, et revient à Paris en 1849 pour travailler la composition avec Hippolyte Collet. Il s'impose rapidement comme l'un des plus grands violonistes de son temps, aux côtés de Joszef Joachim et de Pablo Sarasate. Entre 1850 et 1855, il joue surtout en Russie et, en 1859, il est nommé premier violoniste à la cour de Saint-Pétersbourg. De 1862 à 1867, il tient l'alto au sein du quatuor Ernst et enseigne au Conservatoire nouvellement fondé de cette ville. En 1872, il part pour les États-Unis où, en compagnie d'Anton Rubinstein, il donne deux cent quinze concerts en deux cent trente-neuf jours ! Puis, seul, il prolonge son séjour jusqu'en 1874. Il succède alors à Henri Vieuxtemps au conservatoire de Bruxelles où il enseigne pendant deux ans. En 1878, il est pris d'une attaque au cours d'un concert à Berlin mais continuera à jouer jusqu'à sa mort à Moscou deux ans plus tard.

Grand virtuose à la technique étonnante, il est l'une des pierres de base à la fois de l'école russe et de l'école franco-belge. Il a composé exclusivement pour le violon : deux concertos et de nombreuses pièces de virtuosité qui figurent au répertoire de tous les violonistes (Scherzo-tarentelle, Légende, Souvenir de Moscou, Polonaise). —  Alain PÂRIS

Source : https://www.universalis.fr/encyclopedie/henryk-wieniawski/    

Plus d’informations : https://fr.wikipedia.org/wiki/Henryk_Wieniawski

 

 

ZYGMUNT NOSKOWSKI (1846-1909)

Zygmunt Noskowski (né le 2 mai 1846, il meurt le 23 juillet 1909) est un compositeur polonais considéré comme le père de la musique symphonique polonaise, ainsi qu’un professeur de nombreux grands compositeurs, comme Karol Szymanowski, Mieczysław Karłowicz, Ludomir Różycki et Grzegorz Fitelberg.

Originaire de Varsovie, Noskowski fréquente le conservatoire de sa ville natale où il apprend le violon et la composition. Il obtient une bourse qui lui permet d'aller à Berlin entre 1864 et 1867où il étudie avec Friedrich Kiel, un des plus célèbres professeurs de composition de son temps. Il rentre à Varsovie en 1880 et y restera jusqu'à la fin de ses jours. Noskowski compose mais il est surtout connu pour ses talents de journaliste, chef d'orchestre et surtout pédagogue. Il est une des figures de proue de la musique polonaise au tournant du XXe siècle. Il a comme élèves de nombreux compositeurs polonais de la génération suivante, notamment Karol Szymanowski, Mieczysław Karłowicz, Ludomir Różycki et Grzegorz Fitelberg. Il est considéré comme le père de la musique symphonique polonaise et dirige la Société musicale de Varsovie entre 1880 et 1902. Il est également considéré comme le plus important des compositeurs polonais pendant les dix dernières années de sa vie. Bien qu'il soit surtout connu pour sa musique pour orchestre, Noskowski a également composé des opéras, des pièces de musique de chambre, diverses sonates et de la musique vocale. 

Plus d’informations : https://pl.wikipedia.org/wiki/Zygmunt_Noskowski

 

 

ROMAN MACIEJEWSKI (1910-1998)

Roman Maciejewski, compositeur et pianiste polonais, fut élève notamment de Karol Szymanowski et Nadia Boulanger. Depuis les années 30, il a habité à l’étranger, en France, en Grande-Bretagne, aux États-Unis et en Suède (où il composait la musique pour les spectacles de Ingmar Bergman). Pendant la guerre, il jouait régulièrement du Chopin à la Radio suédoise pour donner du courage à ses compatriotes de Pologne. Maciejewski a créé diverses compositions (initialement similaires à l’esthétique de Karol Szymanowski, se référant plus tard aux courants anciens et contemporains) – œuvres pour piano, œuvres orchestrales et de chambre, pour chœur et transcriptions des œuvres classiques pour deux pianos. L’œuvre de sa vie est l’opus magnum monumental, la grande messe funèbre : Missa Pro Defunctis (Requiem) pour solistes, chœur mixte et orchestre symphonique (1944-1959), dédiée aux victimes des guerres et des crimes de tous les temps. La création de l’œuvre a eu lieu en 1960 à Varsovie au festival Automne de Varsovie. Trop avant-gardiste, elle n’a pas été tout de suite comprise. C’est seulement en 1975, aux États-Unis, que l’œuvre a rencontré un triomphe, à Los Angeles Music Center. Redécouvert dans les années 1990, le Requiem a retrouvé sa place légitime parmi les plus grandes œuvres de la musique polonaise. 

Plus d’informations : https://en.wikipedia.org/wiki/Roman_Maciejewski

 

MARIAN SAWA (1937-2005)

Marian Sawa, compositeur, organiste, musicologue et pédagogue polonais, fut connu notamment pour sa musique sacrée. L’œuvre de Marian Sawa comprend environ mille compositions, dont des œuvres instrumentales, vocales, mais aussi vocalo-instrumentales. Il est connu surtout pour ses compositions de musique d'orgue (cinq concerts pour orgue et orchestre, sonate, fantaisie, prélude, toccata et passacaglia). Nombre de ses œuvres s'inspirent de la religion : chœurs a capella pour hommes, œuvres en forme de cantate et d’oratoire comme Via Crucis, Missa Claromontana, Magnificat et Stabat Mater. Il s'est inspiré de la musique grégorienne, des chœurs et du folklore polonais. Il a souvent rassemblé tous ces éléments au sein de ses compositions. Les compositions de Marian Sawa ont été enregistrées sur plus de 40 CD.

Plus d’informations : https://fr.wikipedia.org/wiki/Marian_Sawa